Archives & Dossiers du Poitou-Charentes

La dernière « histouère » du chansonnier (Marigny, 1990)

 

Yves Rabault avait débuté à Paris en 1934. Le barde poitevin laisse plus de 180 histouères  ou chantuseries.

Les bretons avaient « La Paimpolaise ». Que faire pour mon Poitou ? Quelle spécialité lui donner ? avait un jour  confié Yves Rabault. Et de répondre tout aussitôt : « J’ai écrit « La sauce aux lumas », sur un air de Scotto » Les lumas ont fait le tour de France. Aujourd’hui, ils sont orphelins. YvesRabault est décédé vendredi dernier. Le 11 novembre, il aurait eu 80 ans.

Avec lui c’est un peu du pays poitevin qui s’en va. Car pour être monté dès les années 30 à Paris, le « barde  chansonnier » comme il se présentait, est toujours resté attaché à sa province, et surtout à ses habitants.

Et si le public du « Caveau de la République » de Paris a pu afficher quelques mépris à son égard, loin de se renier, Yves Rabault, s’est senti conforté dans ses convictions : « Etre l’interprète de son pays ».

 

Premier au certificat.

Il n’a eu pour cela qu’à emboiter le pas de son père. Cultivateur à Marigny, entre Poitou et Saintonge, celui-ci s’est trouvé premier violon dans l’orchestre franco-américain pendant la première guerre mondiale. C’est donc  fort logiquement que dès 9ans, Yves s’inscrit comme sociétaire de la fanfare de Marigny.

Ce qui ne l’empêche pas d’être le premier du canton au certificat d’études, se souvient son frère Georges de neuf ans son cadet. Sa cousine Odette, ajoute : «  Au début, il composait ses chansons derrière sa charrue ». Sa sœur, Edith, complète : « Il a commencé à écrire ses chansons pour la kermesse paroissiale ». Bientôt sa renommée est faite. On le demande de tous les villages alentours. Parfois pour régler, par une « histouère », une querelle entre deux voisins.

Il tient un stand en costume maraîchin à la foire-exposition de Niort, lorsqu’il se fait remarquer. Il se joint alors aux chanteurs de « l’Auberge poitevine » avant de se lancer tout entier dans la chanson, avec René de Buxeuil, chansonnier et compositeur aveugle.

« Ché nous » est son premier succès. Puis viennent « Les gars de la batterie », « La terre poitevine » et « Quand tu m’fais la sauce aux lumas »… Le barde poitevin sillonne déjà la France quand la guerre de 1939 éclate. Baryton solo au 131e R.I. à Orléans, il est ensuite reçu au concours de la musique de la Flotte à Toulon et sert dans l’infanterie coloniale aux côtés de Jacques Fouchier.

 

Les scènes de la vie.

En 1940, il épouse Gina Rousseau. Avec elle, il parcourt les provinces françaises sans jamais oublier de faire de longues étapes à Marigny. C’est là qu’il compose à partir des scènes de son village. Qu’un commerçant s’enrhume sur la place de Marigny pour venir écouter un discours de Pierre Poujade retransmis par la radio, et  c’est une « chantuserie » qui prend forme. « Il n’a jamais été méchant, souligne Odette Rabault. Il écrivait avec beaucoup de finesse, sans intention de blesser. Je crois que son succès vient de son humour et de la justesse de son regard ».

En 1959 Gina décède : elle ne s’est jamais remise d’une mauvaise grippe attrapée en tournée. Quelques années plus tard, Yves croise Simone Suzange, pianiste vedette des cabarets. Elle vient jusqu’à Marigny donner des cours de musique. De leur union est né un fils, Léopold, qui porte aujourd’hui le deuil.

Pour  fâter ses cinquante ans de scène, Yves Rabault invite en 1983  quatre cents convives et un bon millier de spectateurs à Terreneuve de Marigny. Parmi eu Léon Zitrone et les « Mangeux de Lumas ». C’était en 1983. Depuis, Yves Rabault ne quittait guère Marigny. Il est parti il y a quinze jours pour l’hôpital de Saujon puis celui de Royan, à la suite d’une chute dans un escalier. Le chansonnier avait perdu son épouse Simone, il y a cinq ans et sa mère il y  a un ans, juste deux mois avant qu’elle ne devienne centenaire.

 

                                                                       J.J.Boissonneau.

 

 

 

 

Article  relevé dans la Nouvelle République du 24 septembre 1990.

 



14/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres