Archives & Dossiers du Poitou-Charentes

Les richesses du Marais poitevin recensées (1999)

 

 Tandis qu’une historienne recense le bâti ancien lié à l’eau en sud-Vendée, pour l’obtention du label « Pays d’art et d’histoire », le parc va inventorier le patrimoine du Marais poitevin.

L’aqueduc de Maillé (sud-Vendée) vous connaissez ? Savez-vous que cet ouvrage hydraulique, à deux pas d’Arçais, a été construit sous la rivière « la jeune Autize » au début du XIIe siècle ? Résultat ; celle-ci, qui coule à partir de Secondigny et réapparait à Bouillé Courdault ne se mélangeait pas avec les eaux de drainage du marais desséché (canal de Vix) !
L’Aqueduc de
Maillé fait partie «  des éléments marquants du paysage et de l’histoire du bâti ancien lié à l’eau, que recense Géraldine Métayer sur 34 communes de cinq cantons du Marais poitevin vendéen et de ses environs proches :

« Aux archives des syndicats de marais ou dans celles des Deux-Sèvres, de Vendée et du génie à Vincennes, je fais un repérage exhaustif, avant de choisir des ouvrages construits par l’homme et liés à l’activité hydraulique d’autrefois. »

Dans le cadre des fonds européens « Leaders2 », le groupe d’Action locale du sud-vendéen a missionné cette jeune historienne, accompagnée d’un photographe professionnel (Christophe Yvernogneau), pour repérer, sur deux ans, les barrages, écluses, ports, cales, vieux lavoirs et autres fontaines.

Des documents ont été retrouvés, comme des plans du vieux carrefour de Bazouin, l’aménagement portuaire du XIXe siècle, en forme de bouteille, de Bouillé-Courdault, près de Benet. Des procès-verbaux du XVIIIe siècle éclairent les aménagements hydrauliques du marais. L’objectif –fin 1999- est de développer l’attrait touristique de cette région.

Des circuits signalés seront créés, mais aussi un tourisme autour de la pêche.

Cette action culturelle, qui fait l’objet d’une convention avec la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) doit permettre de solliciter le label « pays d’art et d’histoire » auprès du ministère de la Culture. C’est un véritable Sésame touristique. Par ailleurs, le ministère publiera dans ses collections, à  l’issue du travail de Mlle Métayer, une synthèse illustrée de ses recherches. Une exposition itinérante de photos et documents sur les grandes évolutions du marais sera également présentée. Une histoire d’au pour raconter le rôle d’édifices populaires presque oubliés.

Sur le territoire du parc aussi :

Au moment même où le bâti hydraulique sort, en partie de l’oubli, un inventaire pour connaître les richesses patrimoniales du Marais poitevin va être réalisé sur tout le territoire du parc interrégional (Deux-Sèvres, Vendée, Charente-Maritime). Supervisé par Isabelle Dossin, chargée de mission « Ethnologie » au parc, et en collaboration, même s’il n’y a pas de lien direct, avec Géraldine Métayer, ce travail est confié à l’association de mise en valeur et d’animation du patrimoine « Atemporelle » de Parthenay. Avec un double objectif. D’une part, en s’appuyant sur les archives existantes, réunir autant la mémoire traditionnelle du savoir faire populaire et artisanal que les trésors historiques et la région. Ensuite, centraliser les données dans un support informatique pour les recherches des associations, particuliers ou collectivités.

 

                                                       Dominique Michonneau.

 

Article relevé dans la Nouvelle République du 1 avril 1999.



07/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres