Archives & Dossiers du Poitou-Charentes

Les bains douches de Parthenay (Deux-Sèvres)

 

C’est du propre

 

Aujourd’hui, avoir une salle d’eau coule de source, jusqu’à une époque récente, pourtant, il s’agissait d’un véritable luxe. A Parthenay, les « Bains-douches » municipaux ont longtemps connu une activité débordante.

 

Cité médiévale par excellence, Parthenay n’a jamais possédé de thermes antiques. Les plus proches et les plus spectaculaires se trouvaient sur le site de Sanxay (86).Pendant des siècles, donc chacun a dû faire ses ablutions chez soi, avec les moyens du bord. On sait seulement qu’un petit établissement de bains existe vers 1830. Doté d’installations très sommaires, il était implanté rue du château, le long des berges du thouet.

Un peu plus tard, dans les années 1910, un certain Albert Bonnet aménage son propre établissement de « Bains-douches », rue Gambetta. Mieux équipé que celui de Saint Jacques, il reste pourtant largement insuffisant au regard des 7.000 habitants que compte alors la ville.

On y recense en effet seulement 14 cabines de bains (dotées de 10 baignoires en cuivre, 2 baignoires en zinc, 2 baignoires en fonte émail blanc), 1 seule cabine de douche, 14 glaces, 70 serviettes et 24 peignoirs…

En 1933,la Mairie entame des démarches en vue d’acquérir cet établissement vétuste de 200m², doté d’une cour et d’un jardinet, afin d’en faire des « bains populaires » . Après rénovation, les nouveaux « bains douches », désormais municipaux, sont inaugurés le 15 juillet 1935. Ils sont ouverts le mercredi et le samedi de 8h00 à 12h  et de 14h00 à 19h00, ou encore le jeudi et le dimanche de 8h00 à 12h00.

Les scolaires et certains ouvriers bénéficient de tarifs préférentiels, voire de gratuité.

Fermeture en Avril 1983 :

Le règlement intérieur est très précis : les cabines sont attribuées dans l’ordre d’arrivée, il ne faut pas donner une cabine de femme à un homme et inversement, on peut disposer d’une seule cabine double (pour les couples) et les enfants de moins de 10 ans doivent être accompagnés.

Désormais les parthenaisiens peuvent profiter de 8 bains ordinaires, 2 bains médicaux et 7 douches. Tous les produits de soins sont même fournis par l’établissement. Les cabines ne seront équipées d’alarmes qu’en 1949. Au même moment, devant l’affluence, on réclame l’aménagement de 6 douches supplémentaires.

Mais les « Bains douches » se précipitent bientôt vers une pente savonneuse…

Dés les années 60, en effet, ils deviennent déficitaires : « cabinet d’aisance » et autres salles de bains  se multiplient dans les logements en construction.

Les « Bains douches » parthenaisiens virevolteront  encore une vingtaine d’années : Ils ferment le 15 avril 1983, sur décision municipale.

Désaffectés, les locaux de la rue Gambetta abriteront quelques mois plus tard la halte garderie « Le relais des petits ». Où quand les bons bains sont remplacés par les bambins…

                                                                Laurent Fleuret.



18/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres